Actualités

Les solutions d’appel malade sans fil : des outils...

Les hôpitaux et les centres de santé spécialisés, mais également les maisons de retraite et les EHPAD, doivent assurer la sécurité des patients qu’ils hébergent. Fournir à ces derniers des...

Nos partenaires

Surveillance personnes âgées

 

Optimiser la surveillance des résidents des maisons de retraite et EHPAD

Les personnes âgées doivent souvent faire l’objet d’une surveillance stricte. Les sujets les plus vulnérables sont notamment ceux qui montrent des signes de perte d’autonomie et de troubles de santé, physiques ou psychiques. Plusieurs moyens sont désormais disponibles pour garantir leur sécurité au sein des établissements spécialisés où ils sont hébergés.

Sécuriser les pensionnaires des maisons de retraite, des EHPAD et des maisons médicalisées

De plus en plus de personnes âgées sont placées par leurs proches dans des institutions où des professionnels pourront prendre soin d’eux. Le nombre de pensionnaires des maisons de retraite, des EHPAD et des maisons médicalisées augmente ainsi chaque année.

La plupart des résidents sont âgés de plus de 75 ans et nécessitent souvent une assistance poussée dans leur vie quotidienne à cause de la perte d’autonomie croissante et l’apparition de problèmes de santé comme l’Alzheimer. La sécurité de ces personnes doit être assurée par les établissements qui les accueillent. Outre la mise à disposition d’un personnel dévoué, d’autres solutions comme les systèmes anti-fugue sont souvent déployées pour optimiser leur sécurité.

Une surveillance permanente pour les plus vulnérables

Étant donné qu’il n’est pas toujours possible d’assigner une personne dédiée – infirmier(ère), garde, etc. – à la surveillance de chacun d’entre eux, des dispositifs de sécurisation divers ont été mis en place afin de pouvoir « garder un œil » sur chaque résident :

  • La télésurveillance est de nos jours largement répandue dans les établissements : des caméras de surveillance sont ainsi installées dans les chambres, les couloirs et les lieux communs, ainsi qu’au niveau des accès vers l’extérieur pour éviter que les pensionnaires sortent de l’enceinte.
  • L’utilisation de système anti-fugue en maison de retraite est aussi déjà courante.
  • Les dispositifs de géolocalisation font partie des solutions de traçage classiques employées pour sécuriser les personnes âgées qui sont encore en mesure de circuler seules.

Néanmoins, ces moyens ont leurs limites : autonomie des batteries, zones de couverture restreintes, etc.

Les nouveaux systèmes anti-fugue

D’autres outils de surveillance, plus performants et moins contraignants, ont récemment été créés. Les résidents à risque sont ainsi dotés d’un système de « suivi » personnel. Parmi les plus fiables figurent les puces RFID (Radio Frequency IDentification) qui sont implantées dans les vêtements, sur un bracelet ou sur un médaillon.

Ces équipements sont reliés par radiofréquence à des capteurs et des dispositifs vidéo placés à différents endroits de l’établissement. Les pensionnaires sont ainsi suivis à la trace et les responsables sont prévenus par un signal dès qu’ils franchissent les périmètres autorisés. Le déploiement de ce type de solution anti-fugue en hôpital et en centres médicalisés sensibles (cliniques psychiatriques, centres de désintoxication, etc.) a déjà également prouvé son efficacité.